Archives pour la catégorie Actualités

NENUPHAR : le tandem 7MV du CEA-DAM-DIF renait de ses cendres

Laboratoire: CEA/DAM/DIF/DPTA

Rédacteur: JG. MARMOUGET

NENUPHAR : le tandem 7MV du CEA-DAM-DIF renait de ses cendres

Jusqu’en 2007, le Laboratoire gérait deux accélérateurs Van de Graaff qui couvraient alors les besoins des physiciens par la complémentarité des caractéristiques des faisceaux produits aussi bien du point de vue des énergies que des flux de particules produites. En 2007, pour des raisons essentiellement techniques, l’activité du tandem a été stoppée.
C’est le projet NENUPHAR qui va donner une renaissance à l’accélérateur VdG tandem 7MV avec la reprise des caractéristiques nominales, grâce aux modifications techniques apportées : remplacement de la courroie non anti-statique par un dispositif PELLETRON (NEC, USA), changement de type de résistances de colonne (660 MΩ) muni d’une protection coaxiale, installation d’une colonne de vide primaire pour s’affranchir de la gestion et de la maintenance des nombreuses pompes à vide nécessaires dans le passé et mise en place d’un contrôle commande pour le pilotage. Les premiers tirs de cette nouvelle machine doivent avoir lieu fin 2014.

Production de films minces d’hydrogène solide par extrusion.

Laboratoire : CEA-Grenoble. SBT/LCF

Production de films minces d’hydrogène solide par extrusion.

Le Service des Basses Températures du CEA-Grenoble vient de mettre au point un dispositif permettant la production en continu, par extrusion,  de films d’hydrogène solide   de 50 à 100µm d’épaisseur et d’1mm de largeur. Ces rubans d’hydrogène solide, dont la température est de 13K, seront utilisés pour étudier l’interaction laser matière et en particulier pour produire des faisceaux de protons qui pourraient être utilisés dans le futur dans le domaine médical pour soigner certains cancers par protonthérapie.  Le dispositif pourrait également être utilisé sur des accélérateurs de particules. Le ruban d’hydrogène solide serait alors utilisé comme cible  pour produire, lors de la collision avec un faisceau d’ions de plusieurs dizaines de Mev,  des ions exotiques par cinématique inverse. Dans les mois à venir, le cryostat subira quelques modifications pour produire des rubans de 10µm d’épaisseur.

Rédacteur : Denis CHATAIN
Ref:

“Continuous production of a thin ribbon of solid hydrogen “
S. GARCIA, D. CHATAIN and J. P. PERIN
Laser and Particle Beams, page 1 of 7, 2014.

Le GIP ARRONAX se dote d’un Technical Accelerator Committee (TAC)

Laboratoire: ARRONAX


Le GIP ARRONAX se dote d’un Technical Accelerator Committee (TAC)
Le cyclotron C70 d’ARRONAX, situé à Nantes,  a effectué plus de 3000 heures équivalent RF en 2013 et en prévoit autant en 2014. Le cyclotron délivre plusieurs types de particules (He++, H+, D+) avec des énergies allant jusqu’à 70 MeV et des intensités comprises entre >1nA et <350µA. Les faisceaux sont utilisés pour les productions de radio-isotopes, la radiolyse, radiobiologie et la physique notamment pour les mesures de sections efficaces.

La mise en place de ce TAC permettra au GIP ARRONAX et au groupe Accélérateur de tirer le meilleur parti de l’installation. Lors de sa première revue annuelle (juin 2014), le TAC s’est intéressé au fonctionnement du groupe, l’état du cyclotron et de ses lignes de faisceaux  ainsi qu’aux adaptations récemment effectuées.
Nom du rédacteur: Freddy Poirier


Pour en savoir plus :
http://www.cyclotron-nantes.fr

 

Ligne de basse énergie du projet MYRRHA

Laboratoire : LPSC
Ligne de basse énergie du projet MYRRHA
Porté par le SCK-CEN (Belgique), le projet MYRRHA (Multipurpose hYbrid Research Reactor for High-tech Applications) a pour objectif la réalisation d’un démonstrateur de réacteur hybride (50 à 100 MWth) afin d’étudier notamment la faisabilité de la transmutation des déchets nucléaires hautement radiotoxiques. En mode sous-critique, le réacteur sera piloté par un accélérateur de protons de forte puissance (600 MeV, 4 mA) pour lequel un très haut niveau de fiabilité est requis afin de garantir la disponibilité et la robustesse du réacteur. Dans une première phase de R&D dédiée à cette installation multi-mégawatts, le LPSC assure le développement, la construction et la mise en œuvre de la ligne de transport de basse énergie (LEBT) de l’injecteur de protons (30 keV, 10 mA). Première section de l’accélérateur, cette ligne a pour but de produire le faisceau de protons et de le mettre en forme en vue de son accélération. La conception de la ligne est achevée et la plupart de ses éléments constitutifs sont réalisés. La source d’ions, fournie par l’industriel Pantechnik, a été livrée au LPSC en septembre et les premiers essais ont validé son bon fonctionnement. Cette étape marque le début de l’assemblage de la ligne.
Nom : Maud BAYLAC
Pour en savoir plus: http://lpsc.in2p3.fr/index.php/fr/activites-scientifiques/accelerateurs/lebt-myrrha

Installation SPIRAL2

Laboratoire : GANIL

Installation SPIRAL2

Le projet SPIRAL2 phase 1 est dans une phase d’installation à CAEN. Le bâtiment est à présent  réceptionné et les équipements y sont progressivement installés. La mise en service devrait débuter en décembre 2014 et le premier faisceau de protons

devrait être caractérisé jusqu’à la sortie du RFQ pour mi 2015. En parallèle, l’installation du reste de l’accélérateur, à savoir les cavités accélératrices supraconductrices et les lignes de transferts jusqu’aux aires d’expériences seront installées. En raison de son statut d’INB (Installation Nucléaire de Base), il faudra attendre l’autorisation de l’ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire) avant d’envoyer le faisceau dans la première cavité accélératrice prévu en septembre 2015. Un workshop à Caen réunissant la communauté autour de cette installation a réuni plus de 300  participants du 6 au 10 octobre 2014 (http://pro.ganil-spiral2.eu/events/weeks/ganil-spiral2-week-2014/next-ganil-spiral2-week-soon).

 

Nom du rédacteur : Frédéric CHAUTARD

Pour en savoir plus :  http://pro.ganil-spiral2.eu/

Status cavité Accélératrice RFQ de l’IRFU pour SPIRAL2

Laboratoire : IRFU

Status cavité Accélératrice RFQ de l’IRFU pour SPIRAL2

L’IRFU a en charge les études, la réalisation, le montage et la mise en service au GANIL de la cavité accélératrice RFQ (Radio Frequency Quadrupole) de SPIRAL2. Cette cavité en cuivre pur est placée à la sortie des lignes « basse énergie » qui conduisent les faisceaux continus d’intensité allant jusqu’à 5 mA jusqu’à elle. Son rôle est de regrouper les particules en paquets (88 millions de paquets par seconde), tout en commençant à les accélérer jusqu’à 0,73 MeV/A, afin de pouvoir ensuite les injecter dans l’accélérateur linéaire supraconducteur.

Le RFQ de SPIRAL2 est composé de 5 tronçons de cuivre de 1,6 tonnes chacun, qui doivent être mis bout à bout avec une précision de positionnement de 20 microns environ. Cet assemblage délicat a débuté dans le tunnel de l’accélérateur du GANIL le lundi 8 septembre 2014, après que les opérations critiques aient été répétées au CEA de Saclay en mai dernier (voir lien ci-dessous).

Nom du rédacteur : Philippe GALDEMARD

Pour en savoir plus : http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=13121